Ubuntu Linux: une bonne alternative à Windows

0

Avec plus de 80% de part de marché début 2018, Windows, le système d’exploitation phare de Microsoft, est à un état de quasi-monopole. Presque tout le monde l’utilise, et pour cause: l’écrasante majorité des ordinateurs vendus embarquent l’Os dès l’achat. Cependant, il existe différentes alternatives: Mac Os, le système d’exploitation d’Apple, est en première ligne. Mais il existe également des alternatives libres, gratuites et plus respectueuses de votre vie privée…

Nous allons aujourd’hui parler d’Ubuntu, une distribution Linux parmi d’autres – il existe de nombreuses distributions Linux, selon les besoins de chacun; Ubuntu est non seulement la plus populaire, mais également celle qui apporte la meilleure expérience en utilisation quotidienne (Bureautique, jeux…). D’autres distributions plus légères – telles que Lubuntu – permettent par exemple une meilleure expérience sur des ordinateurs anciens et aux caractéristiques techniques assez limitées.

Ubuntu, tenez, c’est gratuit !

Le premier avantage d’Ubuntu, c’est la gratuité: vous pourrez installer le système sur autant d’appareils que vous le désirez sans débourser un seul centime; un gain d’argent conséquent lorsqu’on sait qu’une licence Windows s’élève à plusieurs dizaines d’euros – même si la dépense est la plupart du temps indirecte pour le consommateur, le prix de la licence étant inclus dans celui de l’ordinateur lors de l’achat.

Et pour cause: Ubuntu est un système totalement open source. Son code source est accessible à n’importe qui, et tout le monde peut – en théorie – le faire évoluer. C’est là une force incontestable de Linux, qui se situe à l’opposé de Windows ou de Mac OS, où seule une pognée de développeurs ont accès à ce dernier.

Plus de sécurité

Un autre avantage incontestable d’Ubuntu, c’est sa sécurité. En effet, si Windows est régulièrement sujet à des vagues de piratages massives (ransomwares et autres festivités en tout genre), ce n’est pas le cas pour Ubuntu, et ce pour deux raisons. Tout d’abord, la structure en elle-même du système est totalement différente de Windows, et s’avère beaucoup plus compliquée à infiltrer. La deuxième raison est elle très simple: les pirates cherchent à propager leurs logiciels malveillants sur le plus grand nombre d’ordinateurs possibles. Et autant dire qu’avec moins de 5% de part de marché dans le monde, Ubuntu – et plus généralement Linux – n’est clairement pas une cible privilégiée par les pirates. Le fait que le code source soit public et accessible à quiconque permet aussi de retrouver – et donc de combler – plus rapidement de potentielles failles de sécurité.

Ainsi, vous n’aurez pas forcément à recourir à un antivirus, les risques étant si faibles et le système si verrouillé d’office qu’un antivirus s’avérerait d’une efficacité très limité, si ce n’est pas nulle – comme mettre un casque pour prendre le métro, en quelques sortes.

Retrouvez votre vie privée

A sa sortie en 2015, Windows 10 a fait l’objet d’innombrables attaques au sujet de sa conception toute relative de la vie privée. En effet, lors de l’installation du système, les paramètres par défaut étaient très intrusifs: à défaut de décocher les cases, l’OS se réservait par exemple le droit d’envoyer le contenue de vos saisies à Microsoft, de manière anonyme. Si l’éditeur a corrigé le tir peu de temps après, il reste fort à parier que Windows n’est pas ce qu’il y a de mieux dans le domaine.

A l’opposé, Linux n’envoie aucune données utilisateurs afin d’en faire par la suite un usage commercial (ciblage publicitaire, informations personnelles…), le système n’étant pas à but lucratif. Un bon point pour votre vie privée, à l’heure ou les scandales sur le traitement de nos données par les poids-lourds du net – tels que Cambridge Analytica – se multiplient.

Quelques ombres au tableau…

Si Ubuntu – et Linux en général – peut s’avérer une excellente alternative aux systèmes de Microsoft ou d’Apple, la transition peut vite s’avérer compliquée. En effet, si de plus en plus d’initiatives vont dans ce sens – telle que SteamOS, une distribution Linux dédiée au jeux et invitant par la même occasion les développeurs à rendre le plus de jeux possibles disponibles sur la plateforme – de nombreux programmes et jeux n’existent tout simplement pas sous Linux: exit la suite Office par exemple – même si LibreOffice, son équivalent gratuit et open source, est installé de base – mais également de nombreux jeux et programmes qui n’ont pas été développés pour Linux.

Il est également possible de rencontrer quelques problèmes lors de l’installation du nouveau système, notamment au niveau des pilotes. Si ces derniers se règlent généralement assez simplement – il existe de nombreux forums sur le sujet, et la communauté Linux est très importante – ils peuvent vite s’avérer rédhibitoires.

Enfin, si l’interface s’avère très proche de celle de Windows, la prise en main peut prendre quelques jours: la manière d’installer des programmes est par exemple très éloignée de ce qui se fait sur Windows, même si, encore une fois, rien d’insurmontable, loin de là.

Prêt à sauter la pas ?

Si vous souhaitez essayer Linux ou même l’installer, sachez qu’il est très facile de créer une clé USB d’installation, qui vous permet même de tester Ubuntu sans toucher au disque dur de votre ordinateur, ce dernier démarrant directement sur la clé USB, après quelques manipulations assez simples dans le BIOS; de nombreux tutoriels existent sur le web.

Sachez qu’il vous est également possible d’installer Ubuntu à côté de Windows, il vous suffit alors de choisir le système d’exploitation que vous souhaitez utiliser à chaque démarrage.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More

Un petit like ? Un petit message ?