[Critique littéraire] Les Orphelins de Windrasor, Tome 04 de Paul Clément

Hé, les Brains ! Aujourd’hui, nous parlons du quatrième épisode « Les Orphelins de Windrasor » paru le 12 juillet, par Paul Clément. Un coup de cœur sur la série, je ne cesse d’être transporter dans l’univers de Paul. C’est toujours un pur plaisir de replonger aux côtés de Spinello et ses amis.
Les Orphelins de Windrasor, Paul Clément ©
Les Orphelins de Windrasor, Paul Clément ©
x      RÉSUMÉ      x
Source : Quatrième de couverture
Coups du sort, épisode 04

Jusqu’à présent, les orphelins ont réussi à fuir, non sans encombre.

Toujours à la recherche d’un futur meilleur et d’un endroit où vivre l’existence qu’ils méritent, ils découvrent qu’ils ne sont pas au bout de leurs peines ; loin de là. Car, à chaque étape de leur voyage, le destin semble bien décidé à leur glisser des bâtons dans les roues.

Il ne leur reste que leur amitié pour tenir bon. Mais, alors qu’ils viennent de retrouver Iphis, la force de leur attachement mutuel sera-t-elle suffisante pour résister aux nouveaux coups du sort qui les attendent ?

Parfois, la décision la plus anodine peut avoir des conséquences désastreuses…

 

Éditeur & Auteur : Post-Apo Editions, Paul Clément | Collection : LODW | Pages : 184
Sortie VF : 12 juillet 2017 | Prix broché : 8.99 € & Prix numérique : 2.99 €

CRITIQUES PRÉCÉDENTES DE LA SÉRIE : TOME 01 | TOME 02 | TOME 03


Les questions se bousculent, mais le mystère reste entier !

C’est comme un rendez-vous immanquable. Retrouver avec grand plaisir nos orphelins de Windrasor, tout en espérant à chaque tome que tout ira mieux. Or, ils sont loin de voir le bout du tunnel pour le moment. C’est toujours plaisant d’enfin pouvoir replonger aux côtés de Spinello et ses amis. Parce qu’au fil des épisodes, nous nous attachons à eux. Certains plus que d’autres, c’est vrai. Or, ils ont tous une part importante dans l’histoire et pour le lecteur. Nous découvrons chacun d’eux, sans jamais désespérer d’un jour les voir heureux. Pas de doute sur le fait que Paul sait tenir son lecteur en alerte. D’ailleurs, le mystère devient encore plus sombre. Jusqu’où va-t-on ? Quelles sont les réponses ? Combien de secrets existent-ils encore ? Pendant combien de temps encore, nos orphelins vont-ils souffrir ?

Que pourrai-je bien dire sur le style de Paul que je n’aurai pas déjà mentionné ? Plus la tension monte, plus le mystère s’agrandit et plus on sent l’étroitesse dans l’écriture. Cette mesure imposée. Ne pas trop en dire, mais suffisamment pour tenir son lecteur en haleine. C’est une lecture haletante et passionnante. Comme pour le tome précédent, l’émotion n’est jamais loin. La colère et la rage se mélangent, tandis que la compassion rejoint chaque émotion qui défile. Cette suite est un nouveau coup de cœur. Pour l’histoire. Ce scénario si travaillé. Ces personnages, sur lesquels nous nous attardons et où nous connaissons leurs points de vues. Sans oublier l’écriture de Paul qui est un atout majeur dans sur ces orphelins tristement maudits.

En attendant, je vous laisse sur un court extrait. C’est probablement le paragraphe m’ayant le plus ému. Par la sensation des lames de rasoirs, mais surtout pour les raisons poussant Spinello si loin dans cette aventure.

▬ Extrait [p.163, Spinello]

« A chaque inspiration, Spinello avait l’impression que des lames de rasoirs étaient enfoncées dans sa gorge, et pourtant il avalait des bouffées d’air avec un appétit insatiable. Il avait besoin de cet oxygène, pas seulement pour assurer la survie de son organisme, mais surtout pour sauver ses amis et les emmener aussi loin que son état le lui permettrait. »

vous pourriez aussi aimer Plus d'articles de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.