Blog sur la culture Geek, l'high-tech et l'informatique !

[Critique Manga] Résumé et Review de Fire Punch

0
Hello, les Brain. On se retrouve aujourd’hui pour faire la critique de la dernière bombe manga édité par Kazé. Il s’agit de Fire Punch de Tatsuki Fujimoto.

Avant de connaître le succès au Japon, c’est grâce au bouche à oreille suite à sa publication sur le site internet du magazine Jump que Fire Punch s’est construit sa renommée. L’oeuvre sombre et dramatique de Tatsuki Fujimoto nous dévoile les ignominies que l’homme est capable de commettre en période de crise planétaire.

Résumé :

En effet, dans Fire Punch, l’humanité traverse une crise sans précédent. Une sorcière a condamnée l’humanité, en provoquant une nouvelle ère glacière qui décime les populations, amenuise les vivres et les récoltes. Créant ainsi, le chaos et la famine chez les derniers survivants. C’est dans ce contexte qu’on fait connaissance avec Agni et sa sœur Luna, les deux adolescents possèdent des pouvoirs surnaturels qui permettent de préserver leur petit village de la disette. En effet, pour nourrir les siens, Agni n’hésite pas à se mutiler des membres de son corps. Il fait cela, car il est doté, tout comme sa sœur, de capacité de régénération quasi instantanée. S’il se sectionne un bras, un nouveau repousse en quelques secondes.

En mangeant de la viande humaine, le village arrive tant bien que mal à survivre. Cependant, leur répit sera de courte de durée. En effet, des militaires de la ville de Behemdorg trouve le village d’Agni après une bataille. Ces derniers cherchent des vivres et de quoi se ravitailler. Ils décident également de s’emparer des habitants du village pour en faire des esclaves. Doma le commandant de cette troupe, offre la possibilité à Agni d’être un citoyen de la ville et non un esclave. Agni refuse, mais ils sont interrompus par des soldats qui font une macabre découverte.

Les militaires ont trouvés les restes des bras d’Agni. Ils informent Doma, qui pour punir le comportement cannibalisme du village, décide d’utiliser son pouvoir surnaturel. Ainsi, nous découvrons que Doma peut créer à partir de rien des flammes impossibles à éteindre tant qu’elles n’ont consumées entièrement leurs cibles.

FIRE PUNCH © 2016 by Tatsuki Fujimoto/SHUEISHA Inc.
Ces flammes mortelles prennent la vie de l’intégralité du village, hormis celle d’Agni et de Luna qui arrive à résister grâce à leur don de régénération. Cependant, le pouvoir de Luna étant moins développer que celui de son frère, elle finit par succomber de ses blessures. Agni qui vient de voir sa sœur mourir,  supplie les flammes d’achever son agonie. Cependant, son pouvoir se transforme en malédiction. En effet, à cause de sa régénération instantanée son corps se soigne automatique et les flammes qui s’arrêteront qu’en cas de décès continuent de s’embraser.
Pendant 8 ans Agni va souffrir le martyr et brûler continuellement, jusqu’à qu’il parvienne à maîtriser son pouvoir lui permettant d’enfin respirer et de se lever. Agni a résisté pendant tout ce temps pour une seule raison : il compte se venger de Doma qui a assassiné sa sœur et fait de lui un monstre.

Critique :

Pfiou. Fire Punch est typiquement le genre de manga qui vous prend aux tripes tant par les drames que par les actes immondes que s’infligent les humains entre eux sous prétexte de préserver leur vie. Fire Punch n’est pas un simple manga où le héros en quête de vengeance. Non ! Tatsuki Fujimoto nous dépeint le caractère sanguinaires des hommes. La bestialité est poussée à son paroxysme, où nous sommes témoins de scènes d’assassinats sommaires, d’esclavages, de cannibalisme et même de zoophilie.

Scénaristiquement, Fire Punch est aussi noir que les corps calcinés par les flammes de Doma. D’ailleurs cette oeuvre n’est pas à mettre entre toutes les mains. Je préconise cette lecture qu’à des adultes ou des adolescents de plus de 16 ans.

Quant au coup de crayon, Fujimoto a donné un style très caractéristique que ça soit au niveau du dessin que de l’atmosphère, les paysages sont épurés, car le plus souvent enneigé. Mais les protagonistes sont plutôt détaillés et dessiner avec soins. Même si techniquement le trait de Fujimoto n’est pas le plus beau que vous pussiez voir. Son style colle parfaitement avec un manga aussi poignant et viscérale que Fire Punch.

FIRE PUNCH © 2016 by Tatsuki Fujimoto/SHUEISHA Inc.
Informations complémentaires :
  • Date de sortie : 21 juin 2017.
  • Prix : 7,99 €.
  • Nombre de pages : 192 pages.
  • Format : 12,7 x 18,2 cm.
  • Collection : Seinen.
  • Genre : Drame, Action.
  • DÉCONSEILLÉ AUX MOINS DE 16 ANS.

Je vous invite vivement à vous rendre sur le mini site de Kazé dédié à Fire Punch. cliquez : ici .

87%
Un manga enflammé
  • Dessin
  • Scènario
  • Intérêt de la série

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Un petit like ? Un petit message ?