Blog sur la culture Geek, l'high-tech et l'informatique !

[Avis] Dead In Vinland

0

Bonjour les Brains, aujourd’hui on va vous parler de vikings et de survie.

On va vous parler de Dead In Vinland.

Histoire

L’histoire commence par une fuite. Notre village subit un raid et la seule issue est la fuite.

Après un voyage en bateau, notre famille de « fières » vikings échoue sur une île. Dans un premier temps, on va devoir récupérer ce que l’on peut sur l’épave de notre bateau et commencer à construire un nouveau village.

Après quelques jours, nous allons découvrir que nous ne sommes pas seuls et que l’on va devoir payer un tribut pour rester en vie. Un bandit du nom de Björn tient l’île sous sa coupe avec l’aide sa bande. Il viendra périodiquement vous demander une taxe pour pouvoir rester en vie.

Vous allez diriger la Famille d’Erik et Blodeuwedd. Ils sont accompagnés de leur fille Kari et de la sœur de Blodeuwedd, Moira.

Le jeu.

La journée est coupée en trois parties. Le matin et l’après-midi, il est possible d’assigner des taches spécifiques nos Vikings/villageois : couper du bois, collecter de l’eau, fabriquer des objets, etc. Le soir, l’eau et la nourriture sont distribuées et l’on assiste aux discussions du groupe. C’est à ce moment-là qu’il faut repérer les personnages qui auront besoin de notre attention le lendemain.

La répartition des tâches devient vite un petit casse-tête, car il faut de l’eau et de la nourriture. Mais dans un même temps, il faut penser à collecter des ressources.

Nos villageois dépriment si on leur donne une tache qu’ils n’aiment pas. Ils tombent malades et se blessent aussi. Vous allez devoir les surveiller pour éviter des morts accidentelles. Le poste le plus important pour moi est celui de l’exploration. Il va nous permettre de découvrir de nouvelles zones et ainsi de nouveaux villageois, des nouvelles ressources. Mais hélas aussi de nouveaux ennemis. En cas de combats, il faut sélectionner deux personnages supplémentaires qui viendront en renfort à notre explorateur. Être mis hors combat ne signifie pas la mort du personnage, mais il aura des blessures importantes à soigner rapidement.

Regardons un peu une fiche de personnage. Elle ressemble à une feuille de personnage de jeux de rôle classique. Chacun des membres de notre groupe aura des caractéristiques qui guideront vos choix de taches. Les personnages gagnent de l’expérience suivant la tache qu’il effectue dans la journée.

À surveiller avec attention, l’état de fatigue, de déprime et surtout de combien chacun se fatigue le personnage pour une tache. Car si certains ne gagnent que ±15% de fatigue pour couper du bois, d’autres en gagneront presque 30%. Et si le 100% est atteint, c’est la mort voire le Game Over s’il s’agit de l’un de nos « fières » vikings.

 

Mon avis.

Dead in Vinland est assez dur, mais on se prend assez vite au jeu d’essayer de faire croître sa communauté. On se laisse vite prendre par le syndrome « va encore un tour ». Les dialogues sont parfois déroutants et localisation est assez inégale. On pourra reprocher le côté famille qui attire le malheur, nos Vikings n’ont pas une minute à eux et à chaque fois que l’on pense être tranquille pour quelques jours, un événement vient tout renverser. Le jeu passe assez vite en mode pompier, où l’on va passer la majorité de son temps à éviter le pire. Du coup, il est assez compliqué de planifier le développement de son village. La difficulté risque de faire fuir plus d’un joueur puisque, même en facile, il ne sera pas évident de finir le jeu.

 

Test réalisé sur une version fournie par l’éditeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.